schliessen
deutsch francais

Le cerf élaphe (Cervus elaphus)

Apparence et aspects physiques

Après l'élan, le cerf élaphe est le plus grand cervidé d'Europe. Sa constitution laisse deviner que c'est un coureur avec endurance : haut sur jambes, avec un long cou assez élancé et une colonne vertébrale droite. Son pelage d'été est d'une teinte brun-roussâtre, le pelage d'hiver est gris-brun. Le mâle porte une crinière de cou d'un brun intense durant l'hiver. Une tache jaune clair, appelée «cimier», orne la croupe des deux sexes. Les bois des mâles sont des organes osseux. Comparé aux autres cervidés le bois est très grand et très ramifié. Les bois tombent entre février et avril pour repousser ensuite pendant 5 mois. Ils atteignent leur taille maximale à l'âge de 10-12 ans.

 

Habitat et espace vital

A l'origine, l'habitat du cerf élaphe s'étendait en Europe de la mer jusqu'à 2800 m d'altitude en montagne. Aujourd'hui on en trouve plus que quelques petites hardes éparpillées et souvent isolées. En revanche, de grandes populations sont encore établies dans l'arc alpin et en Europe de l'Est. Vivant autrefois dans les steppes et les forêts claires, cette espèce a dû chercher refuge dans les zones boisées. Le cerf élaphe est un migrateur saisonal, surtout dans la région des alpes ou il se trouve sur des pâturages de montagne en été et au fond des vallées durant l'hiver. Ses territoires ou il revient chaque année peuvent se trouver à une distance de plusieurs kilomètres. (par exemple autour du parc national 10-40 km). Les jeunes animaux apprennent de leur mère à reconnaitre les parcours de migration ainsi que leurs territoires.
En Suisse, le cerf élaphe vit comme animal sauvage, mais aussi dans des parcs zoologiques et dans des enclos.

 

Alimentation et temps d'activité

Le cerf élaphe est un ruminant et donc herbivore. Il a une préférence pour toutes sortes d'herbes et fines herbes. Grâce à la grande panse, le cerf élaphe peut adapter son mode d'alimentation aux circonstances. Lors de dérangements durant la journée il se nourrissent durant de peu nombreuses mais longues périodes entre aube et crépuscule. Dans des endroits sûrs ils mangent pendant toute la journée, et ne s'interrompent que par de pauses pour la rumination. Comme pour tous les ruminants sauvages, le volume de la panse se réduit avant l'hiver - une adaptation pour la pénurie de nourriture pendant la saison froide.

 

Structure sociale et reproduction

Le cerf élaphe vit en hardes, séparés par sexe. La famille mère, c'est à dire une femelle avec ses jeunes de cette année ou de l'année précédente sont les unités de base de la harde qui est guidée par une biche plus âgée (animal de tête). Entre la mère et les filles les liaisons étroites existent souvent durant toute la vie. Contrairement aux jeunes mâles qui quittent la mère après 2 à 3 ans et pour former leur propre harde avec d'autres mâles plus âgés. Bien que le mâle soit sexuellement mature à l'âge de 2 à 3 ans, il est physiquement et mentalement prêt à participer activement au rut dès l'âge de 5 ans seulement. La période du rut et le seul moment de l'année ou les deux sexes se réunissent. Le mâle le plus fort (maître de harde) essaie d'attirer les femelles réceptives par son brame et de défendre sa harde de femelles contre ses rivales. Dans les populations bien organisées seules les cerfs matures, d'au moins 7 ans participent au rut. Pendant le rut ils perdent une grande partie de leur réserve en graisse. Après le rut mâles et femelles se séparent et les animaux et se déplacent vers leurs quartiers d'hiver.
Après une durée de gestation de 34 semaines la femelle se sépare de sa harde au mois de mai/juin pendant environ 1 à 2 semaines pour mettre au monde son faon. Le temps d'allaitement qui suit dure entre 9 et 12 mois.

 

Traces

L'empreinte du cerf élaphe présente deux pinces fermés. La crotte est courte et cylindrique. Les couchettes sont assez grandes et ne montrent pas de traces de grattage. Surtout les mâles aiment se souiller, ils cherchent des creux remplis d'eau.

 

Biologie de la population

Le rapport du nombre de mâles/femelles, la pyramide d'âge ainsi que l'abondance de nourriture sont des éléments qui jouent une grande influence sur la population du cerf élaphe. La mortalité des jeunes animaux s'élève durant la première année à 50%, en l'absence de fauves plus grandes, environ 10-30% de petits meurent - souvent peu après leur naissance ou durant le premier hiver. Ensuite la chance de survie est assez grande et la mortalité augmente seulement à l'âge avancé.
Vivant en harde, le cerf élaphe peut, même en faible densité, surexploiter des régions riches en nourriture. Ce qui conduit, surtout dans la forêt à des conflits avec l'exploitation forestière. Pour éviter ces conflits un bon planning de la chasse ainsi qu'une amélioration de l'espace vital (relier les territoires, nourriture alternative) sont nécessaires.

_______________
Source:
Der Rothirsch, Juni 1998, Text: Chr. Mosler-Berger;
Infodienst Wildbiologie & Oekologie, Strickhofstrasse 39, CH-8057 Zürich

retour

Agenda

Sortie d'été

7/8 septembre en Suisse romande